La Sobriété

dans la discrétion

 

 

Standard Schild

 

La production Santa Barbara, tant pour le modèle emblématique que pour les revolvers moins en vue, atteint un haut niveau de qualité. Le bronzage d’un bleu profond et la noblesse du bois des poignées concourent à l’harmonie de la présentation du Remington New Model Army. Le soin apporté à la fabrication jusque dans les moindres détails confine au grand art. Le barillet et le canon sont produits sur le site industriel d’Oviedo, en Espagne. La carcasse est produite par le sous-traitant Ecrimesa qui est encore de nos jours connu pour la qualité de ses moulages par injection, d’une grande précision. Les deux sites de Santander et d’Oviedo, sur la côte septentrionale de l’Espagne sont distants d’environ deux-cents kilomètres. Malheureusement, aucune des deux sociétés n’a laissé de documentation sur ce qu’elle a produit et nous sommes  donc réduits à rester dans le domaine du mythe et de la spéculation.

En fait, il ressort d’une analyse des composants que la carcasse est en acier faiblement allié de chrome et molybdène, du 31crSiMo4 norme DIN 17006. Le canon est en un alliage dur au chrome et molybdène, du 42Cr Mo norme DIN 17200 également utilisé pour les pièces soumises à forte contraintes comme les bielles, les engrenages et les pignons. Dernière pièce, le barillet. Il est lui aussi en alliage aciéré 34Cr Mo4 que l’on retrouve dans les essieux des véhicules à moteur. En somme, il s’agit d’une arme conçue pour répondre aux exigences les plus sévères. Les Italiens n’avaient à l’époque pas les mêmes critères et pouvaient vendre leurs produits moins chers.

 

aBC

 

De nos jours le Santa Barbara compte, avec les Centaure/Centennial parmi les revolvers modernes à percussion les plus rares. Le faible nombre d’exemplaire produits, environ 16000 exemplaires, le font envisager comme un bon investissement pour l’avenir.

 

SB 4

Le New Model Army est aujourd’hui très populaire parmi les tireurs étant donné qu’ils ont récemment redécouvert ses qualités. La seule critique qui lui ait été faite depuis sa mise sur le marché a été sa poignée. On connaît les améliorations visant à améliorer la crosse. C’est finalement en fonction de la taille de leur main que les tireurs se sont lancés dans ces travaux d’amateurs. Ces modifications n’intéressent pas le collectionneur pour qui le plaisir réside dans l’arme en tant que telle sans tenir compte de la prise en main. Ce qui compte en l’espèce n’est que le spectacle qu’offre l’arme.

Dans le court laps de temps qui s’est écoulé depuis que le projet s’est lancé nous avons rapidement appris à connaître différentes variantes de l’arme mais il est apparu une version absolument exceptionnelle de Santa Barbara en calibre 36 que j’ai pris sur moi de nommer NEW MODEL NAVY. Si tout va bien notre recherche contribuera à mettre un peu de lumière dans cette zone d’ombre, S’agit-il d’un prototype ou bien d’une version traitée un peu à la légère par S.B. ?

Typique du Remington, la hauteur du grain d’orge et savoir s’il est collé ou vissé. Un montage à queue d’aronde est toujours plus facile à identifier.

 

 Einzelteile 41Einzelteile

Et ci-dessous, le montage à queue d’aronde.

Schwalbenschwanz

 13320 Schwalbe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vérifier s’il s’agit d’une version collée, il faudrait chauffer le grain d’orge avec un pistolet à air chaud ou un fer à souder. Jamais un collectionneur ne procéderait ainsi, pour ne pas endommager le grain d’orge ou le bronzage.

Le barillet est lisse et non flûté. On trouve le poinçon d’épreuve entre les encoches de l’arrêtoir de barillet. Ci-dessous, voici la marque ancienne : une bombe marquée d’un R en son centre. Le R est le poinçon d’épreuve espagnol pour un revolver. Ces marquages sont reconnus dans toute l’Europe ce qui éteint les actions en nullité tentées par le bureau allemand des armes.

 

SB Trommel glattKopie von SB Trommel glatt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plaquettes de crosse étaient en noyer enduit d’une fine couche de vernis neutre. Il a aussi existé des variantes en noyer huilé et nous en avons déjà rencontrées. Les plaquettes présentent parfois de différences d’aspect et le contrôle de fin de fabrication aurait dû y prendre garde, mais la nature a ses lois et il faut les accepter. Le bois peut provenir du même arbre mais venir de divers endroits du tronc.

 

1 Kopie von Einzelteile

Kopie von Santa Barbara 3 Details

Un même numéro de série se trouve sur les faces internes des deux plaquettes. Cela permet de vérifier qu’il s’agit bien des plaquettes d’origine, même si le grain du bois n’est pas le même !

On a également marqué à main levée le numéro de série sur le pontet ainsi que sur les poignées. Il reste encore à trancher si cette disposition n’a été en vigueur que les premiers temps de la production.

Trigger Guard

 

Faute d’une réussite complète de la standardisation, les modes de marquage du calibre diffèrent. La version gravée présente un aspect plus fin. Ce marquage se trouve sur le côté gauche du canon.

 

Kopie von IMG 0010

1 Kopie von SBa

      Marquage grossier par emboutissage                        Marquage plus fin de la version gravée

 

On a trouvé un autre marquage de calibre plus fin sur un modèle de base

.

Kopie von 2 Cal Zart

 

 

Observons de plus près la carcasse et on découvre en général sur le côté droit d’autres poinçons du banc d’épreuve espagnol. Ici à nouveau la bonne vielle bombe avec le R en son centre et l’écu surmonté d’un heaume.

 

Kopie von SBaSBa

 

 

 

 

 

 

 

Côté droit de la carcasse avec le heaume et le R dans la bombe.

L’ordre des poinçons peut varier avec le heaume en premier suivi du R dans la bombe ou l’inverse

 

Der Ritterkopf mit Schild wurde aber auch schon auf der Laufoberseite gefunden, zwar sehr verschlagen, aber er ist dort.

Kopie von 14038 Schild

 Kopie von 10567

 

On voit ici encore le poinçon sur le côté droit du canon. Ainsi les trois parties essentielles de l’arme, la carcasse, le barillet et le canon sont vérifiés par le banc d’épreuve.

Sous le Canon, on retrouve la marque commerciale de Santa Barbara, un S et un B dans un cercle coupé en deux par une épée.

 

Warenzeichen

             

 

 

 

 

 

Le texte complet est le suivant :

MADE BY E.N. SANTA BARBARA    SPAIN   *                        *

E. N. signifie Empresa Nacional, c’est-à-dire Entreprise Nationale. Le numéro de série suit sans espace et n’est marqué qu’à la réception de l’arme finie.

 

IMG 0014

Une invention intelligente et d’importance a été de tailler le verrou de levier de chargement en fourchette à deux dents. Il est très rare que le levier sorte de son logement au tir.

 

Kopie von 17 Einzelteile

                                                                 

Verrou de levier de chargement en forme de fourchette.

Les autres éléments comme les ressorts, le verrou de barillet et les vis sont aussi soigneusement réalisés que le reste du revolver. Aucun loupé dans les traitements de surfaces, d’ailleurs cela n’aurait pas échappé au contrôle de qualité.

 

  

Einzelteile 20

 

 

 

Einzelteile 22

 

 

 

Einzelteile 15

                                                                         Le chien

                    

 

Einzelteile 29

 

 

 

 

 

 

 

 

         Verrou de barillet 

 

 

                                                                            Le grand ressort                       

 Einzelteile 9

                                                                            

 Einzelteile 11

 

L’axe de barillet qui laisse voir ce que beaucoup appellent la Rainure-Magnum ce qui est loin d’évoquer une arme de bas de gamme.

Nous reviendrons sur ce sujet dans la rubrique « Dépannage, que faire ? »

 

                                           Einzelteile 25Einzelteile 27

Détente                                                           Cheminée avec filetage

                    Au pas métrique de 6 x 75

 SB Rechnung250716

La facture originale indique un prix de 396 deutschemark, soit au cours du jour 700,92 francs français, et enriron 157 dollars américains. Un Remington italien se trouvait sur le marché pour moitié moins cher. Mais pour une qualité deux fois moindre. Comme tout un chacun le sait bien le bon acier et la qualité du travail se payent. Beaucoup de tireurs à poudre noire vont se mettre à rêver, un rêve à long terme parce qu’à l’époque, près de 400 DM représentaient déjà une petite fortune. Et plus d’un conjoint aurait plutôt vu un lave-vaisselle dans la cuisine qu’un Santa Barbara dans une armoire ou une vitrine.

Le salaire minimum mensuel en France en septembre 1973 était de 1372,80 francs brut par mois. Moins les retenues sociales, il était d'un peu moins de 1100 francs.

 

 

Rechnung

Ein knappes Jahr später, konnte der Besitzer dieses Santa Barbara, für 328 Deutsche Mark, aus der Filiale der Frankonia Jagd seinen neuen Liebling abholen. Waren es die Restbestände oder lag es am Handlungsgeschick des Käufers, das so ein preis möglich war?