Introduction sur le Marché et Publicité pour le Santa Barbara

 

Dans l’état actuel de nos recherches c’est par l’article de M. Förster paru dans le numéro 9 de septembre 1972 du DWJ – Deustche Waffenjournal – que le NEW MODEL ARMY Santa Barbara s’est fait connaître en Allemagne où il était distribué par Werner H. Withum, importateur exclusif installé à Kressbronn am Bodensee. L’une des premières annonces publicitaires sur ce revolver était pourtant déjà parue dans le numéro 8 d’août 1971. 

Nota : Les conversions du DM au FRF ou à l'USD sont données en fonction du taux de change moyen de chaque mois considéré.

 

DWJ numéro 8 d’août 1971

 26973516eq.jpg

 

 

MW1

                                                           DWJ numéro 9 de Septembre 1972

 

Le texte original qui suit, aimablement fourni par le DWJ, rend compte de la fascination qu’a dû susciter ce revolver. La publicité est parue dans ce numéro sans indication de prix !

Page 1 du journal

 

MW2

 

Page 2 du journal

MW3

 

                                             Auszug der Firma Paul Jacobi von 1972

Paul Jacobi

 

L‘annonce parue dans le  DWJ en juin 1973 !

Toutefois, jusqu’en 1973 les numéros du DWJ sont restés muets de quelque offre que ce soit émanant du fabricant espagnol. On pouvait s’offrir à cette époque un Remington de moindre qualité pour 198 DM (337 Francs français ou 82 Dollars US). Au premier janvier 1973 la réglementation changea qui imposait, même pour une arme à barillet chargé par l’avant, l’obtention d’une autorisation d’acquisition qui était encore mal définie.

La maison Werner H. Withum fait paraître plusieurs annonces mais aucune concernant le revolver importé d’Espagne. L’accord passé avec l’Espagne était-il dénoncé ? Je n’ai malheureusement rien pu obtenir qui pût me renseigner sur ce sujet de la part de la société qui a pris la succession de Withum sur le lac de Constance. Dans le numéro 6 du DWJ paru en juin 1973 j’ai pu trouver pour la première fois un petit encart offrant le Remington Santa Barbara pour 298 DM (508 Francs français ou 123 Dollars US). Le diffuseur était la société de Bärbel Harlos. Malheureusement ma prise de contact pour en savoir plus n’a abouti à aucun résultat. Les temps étaient durs tant pour les acheteurs que pour les vendeurs. On note aussi à l’époque une augmentation des placards publicitaires pour des fusils et des pistolets à poudre noire à un seul coup. Au moins d’après l’annonce de Bärbel Halos, les revolvers étaient bien encore en vente libre.

 

Ensuite, en juillet 1973 c’est la maison Waffenhaus Stanglmeier – qui a malheureusement disparu – qui offre « La nouvelle star des revolvers de grande classe » pour 249.50 DM (426 Francs français ou 103 Dollars US) et la version gravée pour 398 DM (678 Francs français ou 164 Dollars US).

MW4

 

Il serait également intéressant de pouvoir connaître les présentations de l’arme et les publicités associées qui ont eu cours dans les autres pays et en particulier aux États-Unis.

Les concurrents de Bärbel Harlos, Schwäbisch Hall, Hebsacker GmbH ont tenu bon et vendu plusieurs modèles des gammes HeGe, HeGe-Uberti. Harlos n’a offert le revolver qu’en août 1973 à raison de 298 DM pour le modèle de base et de 378 pour une version gravée. Moins cher que chez Stanglmeier de 20 DM. En octobre 1973, on put se procurer le Santa Barbara de base pour 245 DM (soit 430 Francs et 99,50 dollars américains) et une version gravée pour 298 DM (soit 523 francs ou 121 dollars) ce qui fit que Harlos obtint la faveur des acheteurs. Les autres détaillants n’avaient pas d’accord avec l’Espagne ou alors, autre raison, seul B. Harlos avait proposé depuis toujours le « Remy » envers et contre tout !

Les magasins de Noël restaient désespérément vides pour les acheteurs de 1973, du moins en ce qui concernait le Santa Barbara. L’Espagne avait-elle du mal à livrer ou bien y avait-il des sanctions commerciales ? Pour le moment nous ne parvenons pas à le savoir. Y a-t-il eu une organisation de la pénurie à but spéculatif qui a fait qu’on n’a livré que 16.000 exemplaires pour le monde entier ? À partir de février 1974 la réglementation sur les autorisations d’achat des armes allait changer. Alors, panique ou stratégie de vente ? On en revient toujours à la question de la réglementation à venir !

Et puis à partir de janvier le Santa Barbara est à nouveau en vente cher Stanglmeier pour 277 DM (soit 483 francs français ou 102 Dollars) en version non gravée. La correspondance des prix tient compte de la vairtion des cours des monnaies pendant la période étudiée.

MW5

                                                        DWJ Numéro 1de janvier 1974

 

                                Tout à coup en avril 1974 à nouveau disponible chez Bärble Harlos

MW6

 

                                                           avec la mention :« vient d’arriver »

 

Soudain en novembre, l’importateur Frankonia reçoit sa commande et attire lui aussi l’attention sur la modification de la réglementation. Et l’on propose le Santa Barbara pour 298 DM (soit 523 francs ou 121 dollars).

 

Maintenant disponible également chez Frankonia Chasse !

MW7

 

Dans le même temps, Bärbel Halos annonce que l’arme sera bientôt à nouveau disponible chez eux.

Il semble que le détaillant ait toujours des commandes en cours de livraison mais qu’elles arrivent en discontinu. En 1975, il semble que les difficultés de livraison se soient atténuées. On peut maintenant se procurer fièrement une version gravée pour 498 DM (soit 846 francs ou 190 dollars).

 

MW8   

                               En octobre les versions gravées coûtent 498 DM (soit 846 francs ou 190 dollars)

                              chez Stanglmeier.

                              En novembre, Hebsacker GmbH prend à nouveau contact avec Santa Barbara                                                       et offre le revolver pour 386 DM (soit 656 francs ou 148 dollars) en 1974

MW9

 

Hélas, ma documentation sur les ventes réalisées par Santa Barbara s’arrête ici mais je serais très intéressé de savoir quand a eu lieu la dernière production d’un Santa Barbara en Espagne et qui l’a offert sur le marché.

Nous n’en sommes pas encore à la fin de l’histoire…

                         

La publicité aux États-Unis.

Bien évidemment, on a connu de la publicité pour les Santa Barbara dans d’autres pays. On a aussi offert, aux États-Unis, des Santa Barbara de base ou gravés.

Malheureusement on ne peut pour le moment pas évaluer les armes diffusées par CVA, Connecticut Valley, Inc., parce que dans les années qui nous intéressent, ils agissaient en tant qu’importateur général. Il est incroyable de noter qu’alors que la publicité présentait le revolver avec ses accessoires et même des documents comme le certificat de garantie et le certificat d’épreuve, elle ne donnait aucune indication de prix.

Grâce à la technique moderne, on peut peut-être déchiffrer le numéro de série du revolver sur le certificat de garantie, et l’heureux propriétaire peut ainsi savoir s’il a l’arme présentée dans la brochure publicitaire !

 

CVA 1971

CVA 71 3 zps36a5d9c6

 

 CVA 1971

CVA 71 4 zps60181a03

 

CVA 1974

CVA 74 1 zps24b1cf7f

 

CVA 1974

CVA 74 3 zpsfbfb816a

CVA 1974

1 CVA 74 4 zpsb2f4f792

                            CVA 1974

CVA 74 24 zpsdf92dc5e

 

 

Price list CVA 1974 in US Dollar

 

CVA 74 price list

Article publié avec l'aimable autorisation de la revue Deutsche Waffen Journal, DWJ!

                                                                                            www.dwj.de